AFPR quand pôle emploi cautionne le travail gratuit.

Publié le par Noum

         

PREAMBULE


Au départ j'ai répondu à une annonce pour un CDD de six mois en tant qu'hôtesse d'accueil dans un centre sportif (oh ça va arrêtes de te marrer, j’ai fait du sport une fois).


 J'ai passé trois entretiens en tout, dont un qui a duré plus de deux heures avec des tests dedans. Plus tard on m'appelle et on m'annonce qu'il faudra me former car le poste est en fait un poste  « commercial », compétence que je n'ai pas.

Donc  me voici non pas en CDD mais en AFPR (AIDE A LA FORMATION PREALABLE AU RECRUTEMENT). Et donc encore une fois stagiaire (c’est officiel, je suis stagiaire professionnelle).


AFPR : Un joli sigle qui signifie en gros que je vais raser gratis…ou presque.

J’écope d’un royal dédommagement pôle emploi de 228.62 €/ mois (dieu merci je ne vis pas seule, ça me fais mal au féminisme mais god bless mister Noum sur ce coup-là hein) pour un 20h.

En échange l’entreprise s’engage à me faire acquérir la compétence qui me manque par le biais d’une formation dont il a établi le plan avec le pôle emploi.

A la fin de la période de formation, je suis supposée être recrutée et l’employeur est payé pour son « effort de formation » (entre 2000 et 2500 €). S’il estime que je ne fais pas l’affaire il ne touche rien mais a eu un employé gratuit pendant 2 mois à  4 mois et demi (dans mon cas car temps partiel).

Autrement dit, pour pallier au chômage on institutionnalise le travail gratuit (pour l’employeur) et dédommagé par l’état (à condition de ne pas devoir en vivre).

Mais ça je ne l’ai pas compris immédiatement. Quand on galère trop à chercher un emploi, on perd confiance en soi un peu, beaucoup parfois. Du coup quand quelqu’un s’engage à nous faire acquérir une nouvelle compétence plus « vendeuse » (c’est le cas de le dire) que le marasme qui compose votre CV, vous vous dites « allez pourquoi pas ? » je vais être formée et j’ai une embauche potentielle à la clef ça vaut le coup, faut essayer. Alors j’ai dit oui. J’ai vraiment cru que j’allais être formée comme commerciale. Je sais vas, tu peux rigoler, moi–même avec le recul je me rends compte.


Cela aurait pu s’arrêter là. L’acceptation de l’inadmissible parce que l’espoir. L’espoir d’un job possible en guise de carotte, dans mon cas une reconversion en prime. Des fois l’espoir c’est comme les carottes, c’est une sacrée saloperie.

Mais tu me connais mon copain, tant qu’à faire un truc autant le faire bien. Alors du coup je ne me suis pas contentée d’accepter de travailler gratuitement (et de croire naïvement que j’allais être formée). Moi j’ai accepté de travailler gratuitement pour quatre patrons dont un (celui qui oh joie ! fut chargé de ma formation) était un harceleur moral.Bah ouais t'as du bol ou t'en as pas.

 

p_patron.jpg

Chapitre 1 - MINIBOSS


Je devais donc être formée comme assistante commerciale par l’un des associés de l’entreprise car: « en tant que chef d’entreprise il s’y connait en management »

ndlr:notons ici la confusion management/ formation déjà très parlante.

Particularité : mon « formateur » ne travaille pas sur le site mais dans une entreprise voisine, ça allait être pratique pour le suivi. Par souci de commodité nous l’appellerons Mini boss.


Très vite je me rends compte que pour Miniboss la formation se confond avec le contrôle. Il ne m’apprend rien et se contente de contrôler et relever mes erreurs et me donner des trucs à faire comme :


La feuille de journée

Miniboss a décidé d’instaurer une feuille de journée qui lui permette de contrôler mon activité. Rien de choquant à cela, par contre, sa feuille de journée n’est pas encore formalisée. Il me la balance comme ça sans explication sur la façon dont je dois la remplir, puis quand j’essaie, il la modifie toujours sans explication. Il en fera 3 versions différentes avant de se décider à m’expliquer ce qu’il voulait que j’en fasse.

Je dois rendre ma  feuille de journée tous les jours ce qui m’oblige à passer chaque jour à son entreprise à lui pour rendre ma feuille et prendre mes ordres. Et autant de temps perdu à faire des allers retours.


Miniboss me présente les choses comme si j’allais toujours travailler avec lui, sorte d’équipe dans l’équipe.  Surveiller et  assurer ainsi la gestion de l’entreprise, bien que celle qui travaille sur le site en soit la co-directrice. Il ne semble pas vouloir qu’elle  « gère » me mettant ainsi d’entrée de jeu en porte à faux vis-à-vis d’elle…Et me donnant l’impression qu’il ne lui fait pas exagérément confiance.


En gros il faut qu’elle se cantonne à son domaine et son domaine c’est le sport.

Quelques jours après le début du stage il m’a annoncé qu’en plus de mes tâches « normales » d’accueil, de secrétariat, de commerciale et de femme de ménage, j’allais aussi hériter de la gestion administrative de la boite (ça fait peur sur le coup mais ça défini juste les trucs chiant, la paperasse quoi)…

Il veut aussi qu’on fasse des points et me donne des choses supplémentaires « à faire  en priorité ». La vente aussi doit être ma priorité, elle doit représenter 70% de mon temps (soit 14h ce qui me laisse 6 heures pour le reste). Le reste c’est  je cite : « de la broderie »…

De la broderie certes,  mais il faut le faire quand même et quand ce n’est pas fait je prends des remarques et on compte les points qui sont ressortis dès que l’occasion se présente pour éviter d’admettre que je fais du bon boulot. Il aime bien aussi me dire qu’il va faire un audit pour voir si je m’en sors, si je n’étais pas dans la merde jusqu’à la racine des cheveux j’en rirais. Il aime bien utiliser des anglicismes pour faire manager comme « audit management etc. ».

Miniboss n’aime pas trop être contredit. Et Miniboss considère toute forme de débat ou de discussion comme une forme de contradiction.

Son premier réflexe dans ces cas-là est de menacer. Il aime bien dire des trucs comme :


-Si c’est pour être à cheval sur tes horaires autant aller pointer à l’usine.

-Ce genre d’attitude menace la pérennité de ton  poste.

-On ne peut pas se permettre de prendre un arrêt maladie.


Sa petite dernière date du moment où j’ai dit que je partais et où il m’a expliqué que :


-Ici on fonctionne en réseau et si un patron du coin m’appelle pour savoir ce que tu vaux je serais bien obligée de lui dire comment ça s’est fini (j’imagine qu’il évitera de parler du pourquoi).

 

Chapitre 2 - LE JOB


Sur le site lui-même, en guise de stage je suis en poste.

Je m’auto-forme. Je fais de mon mieux, mais beaucoup de demandes des horaires découpés. Mon « emploi » va de l’hôtesse d’accueil en passant par la commerciale, la femme de ménage et la secrétaire. Beaucoup de chose à faire …en 20h….découpé en deux fois deux heures tous les jours samedi  matin  inclut avec seulement une après-midi en récup le mardi. Résultat, j’ai l’impression d’y être tout le temps, je ne décompresse pas. On ne me dit pas si je fais du bon boulot ou pas, on me dit seulement quand je me plante.


De plus la charge de travail étant ce qu’elle est je fais des heures supplémentaires sans arrêt. J’ai obtenu en devant réclamer qu’elles me soient payées (7.06 euros hein pas vraiment en heure sup tu penses !) et je ne compte pas les efforts demandés aux employés gracieusement type portes ouvertes et autres inaugurations. D’après Miniboss c’est normal c’est la culture de l’entreprise dont je n’ai pas l’habitude car, comme il se plait à le souligner « je n’ai rien fait depuis 10 ans » (c'est faux mais ce n'est pas le sujet).


Le job en lui-même me plaît. Il est agréable et j’aime le contact avec les adhérents.

 Mais plus le temps passe plus je prends conscience que cette histoire de formation est une vaste blague. Il n’a jamais été question de me former. Mon poste ne nécessite en aucun cas de formation commerciale, cela n’est qu’un prétexte pour me maintenir 4 mois comme stagiaire et ne pas devoir me payer en me faisant miroiter un poste à la clef dont j’ai de plus en plus la conviction qu’il n’existe pas. Et même en admettant qu’il existe, quand je vois de quelle manière je suis exploitée sans aucune forme de considération ….bref.

 

Chapitre 3 - LES AUTRES


Ils sont quatre associés dont trois travaillant ailleurs et une sur le site, la seule femme. Mais les trois autres sont très présents ainsi que leur famille, chacun avec sa version des choses de comment les faire -avec mention spéciale à Miniboss qui quand il ne me fait pas venir à son bureau, aime bien débarquer et pérorer des heures sur le pourquoi il est super bon en management  et comment on doit aménager le bureau et comment on doit gérer nos dossiers et comment on doit les ranger dans le plus pure style « bougez pas les filles je vais vous expliquer la vie ».


Ajoutons à cela le fait que les trois autres associés sont des mecs avec tout l’attirail machiste qui va bien, remarque à la con sur la susceptibilité féminine. Paternalisme à outrance et remarques sexistes et déplacées etc…là-dessus je relève systématiquement (mais avec humour, je suis stagiaire) en hallucinant de voir qu’il n’y a que moi qui semble m’en offusquer.


Il y’a le kéké. Pas un méchant gars lui, mais c’est un kéké. Sur la gestion d’entreprise il n’a vraiment aucune idée de comment ça se passe et en plus je crois qu’il s’en fout un peu. Il a son boulot à coté et il aime son job paraît qu’il est pas mauvais dans son domaine. Pour lui le centre sportif c’est juste un coup, un truc ou il a mis son blé et où il va pouvoir prendre le micro pendant les soirées pour mettre en avant ses talents d’orateur et accesoirement voire des filles faire du sport. Il a de l’humour mais souvent déplacé il aime bien évoquer la vie sexuelle des gens. Sinon c’est un poète. A 2 mois ½ de stage révolus il pensait qu’il n’était pas trop tard pour la formation. M’a demandé de faire une liste de formations que j’aimerais faire. Je lui ai expliqué que ce n’était pas moi qui avais décrété qu’il me fallait une formation et donc pas à moi de dire quelles formations je devais faire. Devant son insistance j’ai fini par lui dire que j’aimerai bien apprendre l’Italien et le Jet ski… », « Pourquoi pas ? »  M’a-t-il rétorqué. Je lui ai dit « ok parles en aux autres et tu verras que ce n’est pas si simple vu que si je vais en formation y’a plus personne au bureau ». Il a dû en parlé aux autres car il ne m’a plus parlé de formation quand on s’est revus.


Il y’a le troisième. Pas grand-chose à en dire je ne lui ai quasiment pas parlé à part au recrutement. Comme ça je dirais qu’il m’a l’air d’être un mec bien j’ai pas grand-chose à lui reproché à part d’avoir sciemment choisi de me laisser aux mains de Miniboss qu’il connait par cœur, mais bon ça arrangeait tout le monde de pas s’emmerder à former la stagiaire.


Il y'a Elle, je l’aime bien. Mais elle est trop gentille, elle se laisse bouffer par eux. Ils lui parlent mal et ensuite arrivent à l’amadouer avec des bouts de chandelle. Elle a vu dans cette histoire une opportunité de réaliser son rêve, avoir sa propre salle, mais au final, la voilà larbin des trois autres. Co-directrice sur le papier seulement elle demande la permission pour tout, à Miniboss surtout car tout le monde semble s’entendre sur le fait que, ayant sa propre entreprise, cela lui confère automatiquement une aura de savoir absolu sur la manière de diriger les esclaves employés.

Mais elle je l’aime bien. Dans son domaine, le sport,  elle est très forte, elle s’y connait vraiment et pas seulement pour le faire. Elle a une énergie incroyable quand elle donne ses cours et elle sait la transmettre. Je suis sportive comme un joint de culasse mais quand je la vois en faire sans déconner je trouve ça beau ça me ferait presque envie.


Et eux l’exploite éhontémment chargeant toujours un peu plus la mule. C’est en partie à cause de ça que je n’ai pas quitté le navire avant. J’étais là pour la décharger si je partais ce que je faisais lui revenait automatiquement. Oui je sais ce que tu penses je me suis faite avoir pour des motifs affectifs qui n’avait rien à foutre là, et tu as raison, parceque moi quand ça à merdé j'ai du compter que sur moi-même.


Chapitre 4 – LA FIN


L’AFPR devait durer 4 mois ½ après quoi « si je convenais » j’aurais enchaîné sur un CDD de 6 mois et si au bout de ces 6 mois ça allait  toujours alors peut être le saint graal le CDI. J’y suis restée 2 mois ½   et j’ai l’impression que ça fait 1ans.

Souvent quand j’en parlais autour de moi on me demandait pourquoi je restais, après tout, ça n’est qu’un stage pourquoi s’accrocher comme ça ?

Ben c’est là mon copain tout le coté vicelard de l’affaire, l’AFPR c’est un stage avec une embauche potentielle à la clef. Je vois bien que mon chéri, ma famille, mes potes n’ont pas une confiance immodérée dans ma capacité à trouver autre chose (tu sais le problème de confiance en soi du chômeur de longue durée). Alors je m’accrochais et je serrais les dents.

Seulement voilà, à force de serrer les dents, j’ai eu ce qu’on appelle une ulcération des parois de l’estomac. Ça n’a pas l’air très sympa hein, ben rassure toi ça ne l’est pas. Et puis une mini petite dépression aussi surement, ce qui fait que j’ai eu droit à une semaine d’arrêt.

LUNDI (retour d’arrêt maladie d’une semaine)

Quand j’en suis revenue j’étais remotivée, déterminée à bien faire mon job/ stage à prendre et apprendre ce qu’il y’avait à prendre (relis moins vite tu vas voir ça a un sens)

Tout s’est bien passé le matin quand j’y suis allée pour le ménage (sigh). Je n’ai vu qu’elle, elle avait passé une sale semaine mais n’avait pas l’air de m’en vouloir.

Lorsque je suis revenue pour mes heures normales du midi, Miniboss m’attendait.

Comme il aime s’entendre, il parle beaucoup, il m’est donc difficile de retranscrire fidèlement la teneur de la « conversation/monologue » qui s’ensuivi. En résumé :

 

Il a su que j’avais eu une ulcération de l’estomac ce qui est potentiellement  lié au stress. Il estime qu’on n’est pas au travail pour stresser et que donc il est temps de faire un point car si ça doit devenir un problème récurrent ça ne fonctionnera pas, « on ne peut pas se permettre d’être en arrêt ». le vendredi suivant l’objet de la réunion serait  « mon cas » et les suites à donner pour les deux mois ½  de stage qui me restaient, on allait  mettre carte sur table (il aime assez utiliser des expressions choc comme carte sur table, ou je vais faire un audit etc(…) Il a également fait état d’un certain nombre de critiques sur mes « compétences », il estime m’avoir laissé assez de temps pendant la période d’immersion (comprendre balancée sans filets sur le poste, immersion qui dure donc depuis le début ) et que je ne réponds toujours pas à ses attentes, pour lui « ce n’est pas assez fluide ». Comprend qui veut. Quand je lui demande de préciser clairement quels sont ces reproches, il répond évasivement «l’informatique, le tableur (???)Le ménage(…) » soulignant un manque de rigueur. Je lui réponds que je suis censée être formée entre autres sur ces points depuis 2 mois ½ (hormis le ménage peut-être) et que ce n’est toujours pas fait. Il dit qu’il veut bien m’envoyer en formation mais qu’il faut que ça vaille la peine, mettant en doute ma motivation (je croyais que je devais être formée sur le site et que c’est pour ça que j’étais en stage, il semble que lui pense que je doive mériter d’être formée !).  Ajoutons à cela que ce monsieur n’a absolument aucune compétence pour juger de mon niveau en bureautique lui-même n’aimant pas l’informatique et n’ayant aucune confiance dans les ordinateurs. Le fait que je n’arrive pas à faire tenir mon poste dans les heures qui me sont allouées tient selon lui  à mon manque d’organisation et n’ont donc rien à voir avec le fait que les exigences du postes dépassent allègrement le temps qu’on me donne pour le faire. Après quoi il a ajouté  que MES COMPETENCES N’ETAIENT PAS DU TOUT EN QUESTION DANS CETTE AFFAIRE….si il l’a dit. Avant de conclure sur le fait  que, à mon âge, je n’avais plus tellement de perspectives d’avenir …la classe.

Mon copain je ne vais pas te le cacher. J’ai pas aimé. Au départ ça m’a tellement lessivée cette « reprise de volée » que je n’avais même plus la force ni l’envie de me défendre. Mais je te rassure ça m’a passé.

VENDREDI

Un Miniboss calme (a peu prêt) présentant le problème sur le thème de « tes compétences ne sont pas en cause mais bon on voit que les horaires sont compliqués pour une mère de famille en plus tu es seule en semaine etc… ». Bref, rien à voir avec son comportement ou l’absence de formation. Pas de remise en cause de sa part, mais vu le morceau rien de surprenant.

Elle, n’a rien dit sauf pour souligner au cours de l’entretien que « de toute façon les horaires ne me convenaient pas » et que pour elle, les horaires devaient rester tels quels, ils pourraient changer plus tard si ils ont les moyens d’embaucher quelqu’un d’autre… (Comme si ils m’avaient embauchée). Bref pas vraiment de mon côté (ndlr : c’est là le couteau entre les omoplates qui pique un peu). On aurait dit une petite fille devant son papa, trop heureuse qu’il n’ait pas l’air fâché.

Miniboss m’a dit qu’il n’avait pas à se plaindre de mon travail et que ce serait porté à mon « dossier ». Tant qu’à faire d’être là j’ai donné mon avis sur la situation de la Grèce « sa formation ». M’a dit plein d’emphase, qu’il ne voulait pas contredire mon « ressentit ». Ce à quoi j’ai répondu que ce n’était pas du ressentit, mais des faits, en lui mettant mon plan de formation sous le nez et en lui demandant quand il estimais avoir mis en place des actions de formation pour me permettre d’acquérir les compétences visées au plan. Il a botté en touche. Idem à la question  « sur quoi tu te bases pour remettre en cause mes compétences ? (je me référais à l’échange de lundi)  ».

Je leur ai dit que je ne resterai pas sous les conditions de l’AFPR et que si ils voulaient que je reste, ils devaient me faire un contrat (je pensais à de l’intérim, qui ne tente rien n’a rien).

Il a conclu et ça c’est merveilleux sur le fait que : « lui non plus ne comprenait pas que le pôle emploi accepte des contrats de ce type, mais qu’ils étaient bien obligé je cite « de faire avec les outils qu’on leur donnait » ».

Je suis partie pour qu’ils discutent entre eux après m’être assurée qu’il avait bien reçu le décompte de mes heures supplémentaires d’octobre (je me répète mais qui ne tente rien patati patata).

Au retour d’Elle plus tard.

Miniboss refuse de faire un vrai contrat.

Elle m’en veut et semble me tenir pour responsable, elle a déjà acté que j’allais partir elle voudrait que je reste jusqu’au 20 novembre le temps de trouver quelqu’un. Ok à condition que mes heures supplémentaires soient payées comme telles  en commençant par celles du mois d’octobre.

C’est ce jour-là que le kéké s’est pointé pour m’expliquer qu’il était encore temps pour les formations, ouais  c’est un poète ce kéké j’te dis.

LUNDI 2

Quand j’arrive au bureau, Miniboss est là, il déménage le bureau et plante l’ordi pour la journée au passage. Il nous explique la vie et l’importance de l’ergonomie du bureau pour gagner du temps en débranchant tout à la sauvage et rebranchant n’importe comment après avoir foutu le bordel. Pendant ce temps Elle me lance des regards du plus pur style « j’aime pas ce qu’il fait » et me le confirme après mais sans lui dire à lui. Résultat, à peine tourne t’il le dos que nous voilà en train de remettre le bureau comme il était quand il lui aurait été si simple de dire « laisse le bureau comme il est ».

Quand je demande mon chèque pour mes heures sup Elle me dit qu’il faut que je fasse un justificatif de calcul de mes heures sup, exigence de Miniboss.

Décidément il fera chier jusqu’au bout.

L’AFPR ne correspondant à rien dans la législation du travail je me base sur la législation générale  (celle qui m’arrange tant qu’à faire) et arrive à une certaine somme. Je fais le détail du calcul et l’envoie par mail aux quatre associés en copie. Le kéké me répond pas de problèmes on te paiera (il est directeur du centre sur le papier).

Le mardi ils se réunissent entre eux je pars du principe que je serai payée mercredi.

MERCREDI

Le mercredi le chèque est sur le bureau.

Je regarde le montant, il manque 5€. Je vais directement voir Miniboss et lui dit qu’il a du faire une erreur sur le montant (fausse naïveté de ma part je sais que c’est un fait exprès). Il me dit que je ne sais pas calculer mes heures sup et se lance dans une leçon de calcul des heures sup. Je ne l’écoute pas. Je lui dis juste que son calcul s’appliquerai si j’avais un contrat correct et que je suis bien gentille de lui faire grâce des arriérés de septembre sans quoi c’est bien plus qu’il devrait me payer. Il continue de pérorer. Je l’interromps et lui dit « ok si c’est comme ça j’y vais ». Je retourne au bureau et dépose des papiers. J’appelle Elle pour la prévenir que je pars puis je retourne le voir pour rendre mes clefs.

Il n’avait pas compris ce que je voulais dire quand j’ai dit « j’y vais ». Il avait préparé sa monnaie, 5 € en pièces jaunes il les pousse vers moi « tiens les voilà tes 5 € ».

-non merci, apparemment ils sont plus importants pour toi que pour moi.

C’est à ce moment-là qu’il m’a menacée de me griller dans toute la ville.

 C’est là que j’ai souri, la menace encore, chouette.

S’en ai suivi une explication assez virile dont je te passe les détails parce que là c’est déjà long mais qui me donna la satisfaction de pouvoir dire calmement et fermement ce que j’avais à dire. Dans le désordre il a admis sur le principe du qui ne dit mot consent que le but du jeu était effectivement d’avoir un employé sans le payer. Il a voulu rejeter à nouveau la faute sur pôle emploi qui cautionne ce système, je lui ai donc demandé s’il n’avait jamais entendu parler du CDD avec une période d’essai. Il a aussi admis que j’avais bien bossé et même, a dit que j’aurais fait une bonne commerciale (haha haha c’est un marrant).

Bref on s’est séparés en se serrant la main (oui je sais les plus vindicatifs d’entre vous se demandent pourquoi je lui ai pas juste collé ma main dans la gueule, ce à quoi je dirais « cela démontrerais de ma part une forme d’intérêt ou même pire qu’il m’a atteinte, ce n’est pas le cas ») Il m’a même annoncé qu’ils s’étaient mis d’accord pour m’offrir 6 mois dans le centre, pour faire du sport, moi. Huhuhu.

J’ai dit « merci c’est gentil » en pensant « bien sur mon coco je vois pas du tout comment cela serait bon pour  votre image que je vienne et fasse comme si tout s’était parfaitement bien passé entre nous perdant du même coup toute forme de crédibilité dans une éventuelle critique. Après on peut dire, nous on est réglo on lui a offert un abonnement.

On est dans un petit bled, les nouvelles vont vite les langues de putes sont toujours prêtent à cracher leur venin et la réputation c’est important ici. En deux mois ils ont pu apprécier au moins une chose chez moi : Je connais beaucoup de monde dans mon bled, je parle facilement au gens aussi, c’est ce qui fait que j’aurais fait une bonne commerciale entre autres… en plus sans vouloir me la péter j’étais appréciée des adhérents».

Cela va de soi je vais décliner, j’aime garder ma liberté de parole et d’esprit. Il se trouve que c’est tout ce qui me reste. C’est ça qu’est chiant chez les pauvres quand ils commencent à penser qu’ils ont peut-être un peu de dignité.

Au moment de se quitter il m’a re proposé les 5 €. J’ai dit.

« Non merci, je te les laisse, nous les travailleurs pauvres on a le cœur sur la main, c’est cadeau».

 

EPILOGUE


On pourrait penser que ce dont j’ai voulu parler tout au long de cet article, c’est le harcèlement moral auquel certains petits chefaillons de pacotille se livrent sans vergogne dès lors qu’on leur en laisse l’occasion. Il est vrai que Miniboss prend pas mal de place dans mon histoire.

Il y’a un personnage cependant que je n’ai pas évoqué dans ce récit et qui pourtant est important.

Ma conseillère Pôle emploi chargée des AFPR.

Une femme super, une belle personne. Mais comme beaucoup d’entre nous, d’entre vous plutôt (je parle de ceux qui bossent), se retrouve à devoir faire son job en obéissant à des directives à la con qui lui sont imposées par des gens situés très haut qui ne raisonnent qu’en logique statistique.

Elle a été un vrai soutien pendant cette période très dure que j’ai mal vécue.

Présente, compréhensive, un soutien moral sans faille…et parfaitement impuissante.

Elle a dû accéder à son corps défendant à la demande d’un patron qui voulait « un employé qu’il puisse ne pas payer et qu’il puisse former un peu ». Cela lui a échappé lors de l’un de nos entretiens téléphonique ou je lui relatais la manière dont Miniboss essayait de renvoyer la responsabilité de la situation sur le pôle emploi. Il l’a demandé tel quel et ils ont accepté.

Le pire c’est que s’il veut il peut remettre ça.

Même si j’aime beaucoup cette personne (oui tu as bien lu mon ami, moi Noum j’aime bien une personne qui bosse pour Pôle tu t’y attendais pas à ça hein ?!) je ne peux m’empêcher de penser qu’il est proprement scandaleux que le Pôle emploi propose ce genre de contrat, et que à travers lui, l’état cautionne ce genre de pratiques.

Comment s’étonner ensuite que tous les petits chefs et autres pervers malades de pouvoirs se précipitent dans la brèche ainsi ouverte ?

Bien sur tous les patrons ne sont pas des filous, ils y en a qui sont réglos qui cherchent vraiment à embaucher. Mais ne soyons pas naïfs, la nature humaine c’est comme un moteur de recherches. Si tu mets « filles nues » sur ton site tu sais que tu ne vas pas attirer des représentantes ferventes de l’église catholique féministe via Google.

Alors quand tu offres à des patrons la possibilité d’exploiter gratuitement un chômeur, à ton avis lesquels ça intéressera le plus ?  Les mecs bien ?

Ce qui est sûr c’est que je n’accepterais plus jamais d’AFPR et que si tu fais partie des courageux qui ont réussi à lire cette histoire jusqu’au bout (et que pas de bol t’as pas de boulot toi non plus) je ne saurais que trop t’inciter à faire de même.

Je fais partie de ceux qui s’en tirent sans trop de mal et j’ai pu récupérer un peu de tunes au passage, ce n’est pas le cas de tout le monde. Quand on fait une recherche « AFPR » sur Google c’est assez édifiant.

Alors même si c’est facile pour moi de dire ça maintenant, je suis aujourd’hui intimement convaincue qu’IL FAUT REFUSER LE TRAVAIL GRATUIT. LE TRAVAIL DOIT POUVOIR PERMETTRE DE VIVRE. Sinon c’est du bénévolat.

Certains d’entre vous vont se dire « ben oui  c’est évident » et que je suis conne de ne percuter que maintenant.

 Sachez qu’aujourd’hui ce qui était évident pour tout le monde hier ne l’est plus, il y’a des gens qui sont prêt à tout essayer dès lors qu’on leur donne un peu d’espoir, il y’a des gens qui sont prêt à travailler pour presque rien juste pour qu’on leur donne enfin une chance et aussi pour qu’on arrête de les dévisager de travers comme s’ils avaient une maladie honteuse « le chômage », je suis de ces gens-là .

Et il y’a bien évidemment des gens prêt à en profiter.


Voilà mon copain. C’est ma petite histoire. Elle signe mon retour. J’aurais préféré te raconter un truc drôle, la prochaine fois peut être.

Publié dans Quête du Graal tome 1

Commenter cet article

michael 16/01/2013 23:20


allez juste pour se faire plaisir et découdre un a un vos arguments puants...


je vous cite:Mais comme souvent chez pôle emploi vous parlez sans savoir. Si vous aviez lu un peu plus ce Blog vous sauriez que JE N'AI JAMAIS TOUCHE QUOIQUE CE SOIT du pôle emploi pour
commencer. Je n'ai jamais touché le chômage financé par les "gens qui bossent eux!"(très intéressante cette tournure d'esprit et révélatrice aussi).


Tres bien si vous n'avez percue une indemnité d'assurance c'est qu'un dossier d'indemnisation a été monté (mais cela je doute de vos capacitées intellectuel de le comprendre)de plus cela veut
qu'une indemnisation "région vous aété accordé".en comprenez vous au moins le sens ?


toujours:"Par ailleurs depuis ce malheureux dernier incident (car ce n'est pas le seul) JE NE SUIS PLUS INSCRITE au pôle emploi. Je sais que vous aimez bien qu'on se désinscrive mais de là à
démarcher sur le net quelle belle conscience professionelle très cher, vraiment"


Et bien oui vraiment ! quand on se permet d'avoir un comprortement diffamant sur un blog publique on paye le prix de ses propos et je vous invite a leer au bout de vos demarches e de ne plus
rester inscrite comme demandeur/se et ceci afin d'éviter ce genre de propos ridicule et dénué de bon sens.


toujours de vous: "Par contre si vous n'êtes pas trop hypocrite, tvous savez que pour pas mal de démarches en recherche d'emploi et ou formation on est OBLIGES d'être inscrit comme demandeur
d'emploi. Je vous  l'accorde c'est tregrettable mais c'est comme ça, pas le choix.Si vous ne le savez pas c'est que vous n'êtes sans doute pas un si bon petit soldat du pôle emploi que vous
le souhaiteriez"


pas de "petit soldat" en ce qui me concerne mais une simple réalité que vous et vos amis "anti systeme" négligé totalement...nous sommes sur des fonds regionaux lui meme décidé au national et que
pour passez par ce genre de mesures qui vous "paraissent indignes" oui une inscription est necessaire.


on continue ?


Donc, si un jour pour une de mes démarche je dois me réinscrire et bien je le referais parceque je n'aurai pas le choix. Et je m'en cogne comme de l'an 40 de l'avis d'un conseiller dan svotre
genre qui débarque sur mon blog pour cracher son MEPRIS DU CHÔMEUR forcément assisté qui crache dans la soupe en touchant forcément ses allocs.


Ce n'ont jamais été mes propos mais une simple réalité : qui finance quoi ? je vous laisse le soin d'aller vos sources...


toujours selon vos dires:Il s'avère que ce n'est pas mon cas, ça aussi vous le sauriez si vous aviez cherché,( mais bon on aime pas trop creuser au pôle) et je remercie tout les jour la chance et
mon mari qui a la chance d'avoir un emploi lui,  de ne pas dépendre de personnes qui pensent comme vous Michael. Quand à l'AFPR vous pourrez en parler quandvous en aurez vécu une et pas
seulement prescrit, c'est bien là tout le bien que je vous souhaites


Alors cela veut dire que vous ne percevez a la base "aucuns revenus" et que le pole vous a permis une indemnisation, certe pas mirobolante (et encore comme vous dites nous n'aimons pas creuser au
pole...pour qui nous prenez nous ?) l'AFPR permets un retour réel a l'emploi et trés honnetement vos propos ne me touche pas car je le constate tous les jours.Quand a e mon vecu sachez que j'ai
beneficié et sollicité de moi meme ce que l'on nomme des EMT (évaluation en milieu de travail) qui m'ont un retour trés rapide a l'emploii si stratégiquement on sait s'en servir.


 


vous dites :Pour moi c'est une arnaque destinée comme bien d'autres à faire baisser les stats du chômage tout en fournissant de la main d'oeuvre bon marché voire gratuite à des patrons parfois
peu scrupuleux et c'est ce que je dis ici sur mon blog ou je parle de mon expérience personnelle. Quand plusieurs personnes  me diront "grâce à mon afpr j'ai obtenu un job" là peut être le
verrais-je autrement. Mais un conseiller zélé qui vient en gros me dire "si t'es pas contente tire toi" sans rire c'est pas sérieux. Alors où sont les statistiques qui prouvent la formidable
efficience de cette non moins formidable mesure?


Je reprends :sur des outils accessible a tous,mais vous n'etes de celles qui cherchernt a comprendre comment roule systeme pour mieux se défendre,quand au fantsame "pole emploi machine a rardier"
vous me faites rire a moitié vous ne connaissez rien de cette structure, venez me voir avec des agruments plus posibles on pourra parlre d'égale a égale.


Pour vous citer:Si vous voulez qu'on parle de ce qui est ridicule je vous propose de vous intéresser vraiment à votre boîte chérie et son fonctionnement ubuesque.  Votre utilité est quasi
nulle hormis sur la partie financière qui comme je  l'ai dit ne me concerne pas. Vous êtes un organisme de statistiques et de contrôle des masses "non laborieuses.


Ridicule," la théorie du complot" et "celle du controle des masses", savez vous qui finance quoi?comment sont voté et distribué les financements au national puis regional ?par agence? vous n'en
avez aucune idées ,ne parlez pas d'un sujet que vous ne maitrisez pas c'est la moindre des chose.


Pour reprendre:Vous envoyez les gens à des ateliers ou des formations qui n'ont rien à voir avec le leur formation ou leur cursus,des boulots à la con à 100 bornes du domicile et si tu refuse
attention on sucre tes allocs vilain chômeur! et vous êtes fiers de vous? vous faites sous traiter par des boîtes privées tellement vous ne tenez pas la route, vous faites de l'occupationnel, les
seuls emplois que vous préserver cher ami,ce sont les votres.


Je dis: mais madame cela fait partis d'un contrat mutuelle signé entre vous et et pole si vous etes a la masse et que vous ne controlez pas les informations que vous validez en vous
inscrivant...quand aux boites privées cela s'apelle de la sous traitance sachez (pour votre  propre ignorance sur notre métier) que nous cumulons pratiquement 09 jobs en un et que vous
recevoirs n'est que la "partie imérgé de l'iceberg"


Vous dites:Et puis Michael, l'argent qu'on donne au chômeur en le prenant au travailleur? C'est ça que vous pensez de ceux que tu prétendez aider? Un conseil vieux (vu que vous vous permettez de
m'en donner) changez de job. Ah mais non , vous risqueriez d'être du mauvais côté du guichet.


Le mauvais coté du guichet...mais oui je me carre de vos "bon conseils" car la réalité est belle est bien la,les employeurs cotisent a l'unedic, les travailleurs également pour qu'un systeme de
répartitition concernant cette sassurance soit assuré ,je ne changerais de job pour rien au monde mais je vous invite vous et les gens pensant pareil de ce systeme de vous désinscrire a ce titre
vous passerez enfin du dire au faire sans passer par des mesures (et non des contrats) vous exploitants sois disants...


et vous dites:A bon entendeur..et sinon m pokora ça fait pas très sérieux quand on veut donner des leçons .


Effectivement, mais je reste au niveau de l'appreciation de votre note "coup de gueule",stupide,mensonger et calomnieux...

Noum 17/01/2013 07:50



En effet je vois qu'on se fait bien plaisir :)


Jolie tartine pour quelqu'un qui s'en carre. Alors évidemment on pourrait se lancer dans un petit jeu où on se renverrait la balle à plaisir mais je crois que ce serait une perte de temps et le
votre semble si précieux ce serait dommage n'est-ce pas? sans parler du fait que selon vous je sois intellectuellement limitée. Alors Bravo à vous Michael sauveur du monde.


Je réfute vos accusations de diffamation et /ou de calomnies car ici je raconte mon vécu pas le votre . Cela ne vous convient pas? Quoi vous dire, lisez des blog de jardinage vous serez moins
heurté sans doute.


j'aime bien d'ailleurs ce ton menaçant associé à l'insulte , "vous êtes à la masse, je doutes de vos capacités intellectuelles etc...)partez partez partez. vous devez être formidable comme
conseiller , très efficace.


Alors puisque manifestement on ne se comprendra pas vu que vous avez décidé que jele problème du chômeur mécontent c'est le manque d'intelligence, je me contenterai de saluer votre dévouement à
votre métier , de vous féliciter pour votre parcours formidable EMT qui vous mena conseiller pôle emploi...bravo c'est beau. Hourra à vous et au pôle emploi qui fait si bien son travail, on le
voit tous les jours.


Enfin ici c'est chez moi alors puisque vous m'avez l'air lentement mais sûrement de glisser vers l'insulte facile je ne publierais évidement plus vos coms.


merci d'être passé partager vos lumières.


 



michael 16/01/2013 15:57


Alors la, des articles consternant j'en ai lu mais la ca frole le ridicule ! l'AFPR n'est pas un travail benevole mais bien une mesure lié au retour a l'emploi,vous etes sttagiaires en formation
le temps sa réalisation et etes indemnisé a ce titre effectivement l'employeur est indemnisé pour cette action et se doit de rembouser si le contrat n'a pas vu le jour,je suis moi meme conseiller
pole emploi et l'AFPR permet a bon nombres de demandeurs d'acceder a l'emploi si vous avez eu affaire a un patron vereux et sans scrupules vous aviez le choix d'arreter la mesure;maintenant deux
choses:votre logo avec un fuck pole emploi tres bien mais allez au bout de votre demarches DESINSCRIVEZ VOUS ! et plus personnes ne vous exploitera par contre j'imagine que vous n'etes pas du
genre a cracher sur votre assurance chomage qui elle est financé par des gens qui bosse et des entreprise cotisant a l'unedic !!! donc si on est un minimum honnete on arrete d'etre ridicule deux
secondes et on passe du dire au faire en se passant du pole emploi ! a bon entendeur...

toto 12/09/2016 11:09

Les seuls a trouver un intéret quelconque a cette ARNAQUE des AFPR sont les conseillers pole emploi, et les patrons...vous pouvez monter sur vos grands chevaux, c'est pourtant la SINISTRE vérité.....en plus d'être de profonds incapables, vous êtes malhonnètes et n'hésitez même plus a poster des annonces mensongères sur votre site, en promettant des CDI qui ne sont , finalement que des AFPR....une ARNAQUE MONSTRUEUSE qui j'espère sera dévoilée au grand jour.

Noum 16/01/2013 21:20



C'est beau l'amour de sa boite Michael. Corporate hein? 


Mais comme souvent chez pôle emploi vous parlez sans savoir. Si vous aviez lu un peu plus ce Blog vous sauriez que JE N'AI JAMAIS TOUCHE QUOIQUE CE SOIT du pôle emploi pour commencer. Je n'ai
jamais touché le chômage financé par les "gens qui bossent eux!"(très intéressante cette tournure d'esprit et révélatrice aussi).


Par ailleurs depuis ce malheureux dernier incident (car ce n'est pas le seul) JE NE SUIS PLUS INSCRITE au pôle emploi. Je sais que vous aimez bien qu'on se désinscrive mais de là à démarcher sur
le net quelle belle conscience professionelle très cher, vraiment.


Par contre si vous n'êtes pas trop hypocrite, tvous savez que pour pas mal de démarches en recherche d'emploi et ou formation on est OBLIGES d'être inscrit comme demandeur d'emploi. Je vous 
l'accorde c'est tregrettable mais c'est comme ça, pas le choix.


Si vous ne le savez pas c'est que vous n'êtes sans doute pas un si bon petit soldat du pôle emploi que vous le souhaiteriez.


Donc, si un jour pour une de mes démarche je dois me réinscrire et bien je le referais parceque je n'aurai pas le choix. Et je m'en cogne comme de l'an 40 de l'avis d'un conseiller dan svotre
genre qui débarque sur mon blog pour cracher son MEPRIS DU CHÔMEUR forcément assisté qui crache dans la soupe en touchant forcément ses allocs. Il s'avère que ce n'est pas mon
cas, ça aussi vous le sauriez si vous aviez cherché,( mais bon on aime pas trop creuser au pôle) et je remercie tout les jour la chance et mon mari qui a la chance d'avoir un emploi lui,  de
ne pas dépendre de personnes qui pensent comme vous Michael. Quand à l'AFPR vous pourrez en parler quandvous en aurez vécu une et pas seulement prescrit, c'est bien là tout le bien que je vous
souhaites


Pour moi c'est une arnaque destinée comme bien d'autres à faire baisser les stats du chômage tout en fournissant de la main d'oeuvre bon marché voire gratuite à des patrons parfois peu scrupuleux
et c'est ce que je dis ici sur mon blog ou je parle de mon expérience personnelle. Quand plusieurs personnes  me diront "grâce à mon afpr j'ai obtenu un job" là peut être le verrais-je
autrement. Mais un conseiller zélé qui vient en gros me dire "si t'es pas contente tire toi" sans rire c'est pas sérieux. Alors où sont les statistiques qui prouvent la formidable efficience
de cette non moins formidable mesure?


Si vous voulez qu'on parle de ce qui est ridicule je vous propose de vous intéresser vraiment à votre boîte chérie et son fonctionnement ubuesque.  Votre utilité est quasi nulle hormis sur
la partie financière qui comme je  l'ai dit ne me concerne pas. Vous êtes un organisme de statistiques et de contrôle des masses "non laborieuses


Vous envoyez les gens à des ateliers ou des formations qui n'ont rien à voir avec le leur formation ou leur cursus,des boulots à la con à 100 bornes du domicile et si tu refuse attention on sucre
tes allocs vilain chômeur! et vous êtes fiers de vous? vous faites sous traiter par des boîtes privées tellement vous ne tenez pas la route, vous faites de l'occupationnel, les seuls emplois que
vous préserver cher ami,ce sont les votres.


Et puis Michael, l'argent qu'on donne au chômeur en le prenant au travailleur? C'est ça que vous pensez de ceux que tu prétendez aider? Un conseil vieux (vu que vous vous permettez de m'en
donner) changez de job. Ah mais non , vous risqueriez d'être du mauvais côté du guichet.


A bon entendeur..et sinon m pokora ça fait pas très sérieux quand on veut donner des leçons .



manuel 15/01/2013 03:37


En tout cas tu semble avoir un talent pour l'écriture.. Sinon je pense qu' on n'irait pas jusqu au bout de l'histoire.

Modjo 27/09/2012 13:59


Salut, ce matin un conseiller Pôle emploi m'a proposé une AFPR, et ton article viens certainement de m'éviter bien des galères! Merci beaucoup! C'est clair que c'est de l'esclavage d'aller
travailler pour des clopinettes. Je trouve que tu as eu bien du courage de tenir plus de 2 mois dans ces conditions.

Noum 04/10/2012 11:20



ben avec le recul je ne sais pas bien si c'était du courage ou de la connerie mais merci :



anonymeonsaitjamais 16/09/2012 18:13


eh oui nous sommes en democratie il faut "lutter" contre le chomage en relançant la croissance moi c'est idem


mai 2012 entretien sans test puisque expérience


ok pour demarrer en septembre


aout : appel de pole emploi il faut faire une formation de 3 semaines et normalement si je ne fait pas le con cdd 1 an ou cd1


conclusion : une semaine de satge a afpa car on a besoin de nous


1 semaine de formation en entreoprise (on ecoute le formateur raconter sa vie)


lundi suivant direct en prod sans suivi avec des debriefs qui sont plutot des mises en garde


vendredi le boss debarque pour nous rassurer vendredi soir la rh debarque c'est fini  pour moi (j'ai des difficulté y parait mais je fais 5 vente) pour le reste ce sont des contrats pros
mais pas des cdd classiques makgres leur experience


et oui c'est une boite d'esclavage mais qu'on félicite car elle créée  des emplois......

Noum 21/09/2012 15:36



:( et ça ne s'arrange pas ...