Les Bons Amis et le Paris-Brest.

Publié le par Noum

Comme cela a déjà été évoqué dans ce Blog. Monsieur Noum et moi-même sommes un couple navette.

Comprendre : Monsieur Noum travaille à Paris et nous vivons en Bretagne. De fait nous nous fréquentons assiduement pendant le WE et les vacances.

 

 

 

Lorsque nous avons annoncé notre intention de vivre ainsi, il y’a de cela bientôt deux ans.

Bon nombre de personne de notre entourage, amis et famille nous ont mit en garde sur le risque que cela pouvait représenter pour la vie du couple. (oui parceque il n'y a qu'un couple universel c'est évident)

Selon ces braves gens, le risque principal étant que Monsieur Noum, livré à lui-même dans la jungle Parisienne, en bon mâle qui se respecte, allait forcément chercher tôt ou tard à me tromper. Pas sa faute c’est génétique.

...

 

J’en ai déduis (car j’ai un esprit de déduction d’une puissance inégalable) que j’étais sans doute une sainte, vu que personne ne semblait envisager que si Monsieur Noum étant seul pouvait avoir des idées d’ailleurs, moi, seule aussi, je pouvais potentiellement faire la même chose.

Pas que j’en ai l’intention, mais je ne peux m’empêcher de considérer ce type de sens unique comme une forme inconsciente (ou non) de sexisme.

 

 

De bonnes amies (tu penses), d’ajouter avec force sous-entendus qu’elles, elles ne pourraient jââââmais vivre ainsi, loin de l’être aimé.

 

Il est vrai, et tous les magazines, féminins (ou non), vous le diront que, le fait de vivre ensemble au quotidien a toujours été considéré comme un facteur indispensable de « l’amour toujours ».

 

En effet le quotidien est bien connu pour entretenir la flamme.

 

Se retrouver chaque soir pour pouvoir partager ensembles des moments délirants comme les courses le ménage (et de ce point de vue on sait tous que le partage est toujours équitable hein les filles? au passage Monsieur Noum fait le ménage s'occupe des gosses, des papiers et de moi même...quand il est là) , les devoirs des enfants et les éventuelles engueulades qui s’y associent, la préparation du repas, la vaisselle, le repassage, le tout agrémenté de conversations forcément toujours passionnantes sur le boulot, les factures à régler et qu’est ce qu’il y’a à la télé ce soir ?

Quoi de mieux pour s’assurer ad vitam aeternam l’amour et la fidélité inconditionnelle de l’Homme que d'y être collée comme une moule à son rocher (je sais l'image est osée mais j'ai pas pu résister)?

 

Ménage-équitable

 

Ainsi, vivre avec l’autre dans un même espace géographique inférieure à 100 m2  serait donc la garantie de son total dévouement à notre petite personne (les pauvres qui vivent dans des petits espace sont donc plus fidèles).

Les statistiques sont formelles. Les hommes mariés qui vivent dans la même maison que leur épouse et leurs enfants ne trompent jamais leur femme.

C’est évident et ça ne se discute pas: La fidélité est  une question de distance.

 

Faut-il le dire, les amies en question (enfin certaines) semblent partager avec leur "cher et tendre" ou "seigneur et maître" un quotidien emprunt en permanence d’amour, de petites attentions, de roulage de pelle et de conversations passionnantes et forcément enrichissante. Si si ...hum hum.

 

Loin de moi l’idée de juger ceux qui vivent ensembles.

 Soyons clairs, si demain Monsieur Noum m’annonce qu’il a trouvé un job à coté et qu’il va pouvoir enfin revenir vivre auprès des siens, je serais la plus heureuse des Noum.

 

Mais nous avons fait des choix qui nous amènent aujourd’hui à vivre ainsi.

Et par chance nous y avons trouvé un équilibre, ce qui semble impossible  à croire pour les trois quart de notre entourage.

 

C’est vrai, parfois il est difficile d’être seule pour gérer les petits Noum, leur questions leurs angoisses existentielles, leurs chagrins,leur conneries, leur quotidien (et le mien) parfois je voudrais pouvoir me reposer sur quelqu’un d’autre quand je suis fatiguée et que les enfants sont à fond (d'ailleurs ils sont souvent à fond quand je suis fatiguée, question de perception probablement).

 

C’est vrai aussi que monsieur Noum a parfois le cafard quand il rentre après sa journée de taf et trouve un appartement vide et silencieux (et qu’il doit en plus se faire à bouffer parce que bobonne elle n’est pas là...gniark).

 

 

 

 

Mais, parfois aussi, j’apprécie d’être seule dans ma maison silencieuse une fois les petits Noum couchés, de pouvoir faire ce que je veux sans personne pour y trouver à redire (oui parce que quand même les mecs souvent sont très inspecteurs des travaux finis), de ne pas avoir à partager tout simplement parce que des fois j’ai pas envie. De ne pas passer ma soirée à me demander si il dit rien parce que il est naze ou parce que il fait la gueule.

 

Parfois monsieur Noum rentre crevé d’une journée de onze heures, et apprécie de ne pas devoir gérer quoique ce soit à part lui-même (alors que moi ça je ne peux pas grrr). De ne pas avoir à gronder les enfants qui se chamaillent ou de ne pas avoir à faire l’effort d’une conversation qui l’épuise juste pour ménager ma susceptibilité.

Chose qu’il ne ferait pas ce qui entraînerait très probablement une dispute parce que moi quand on me cause pas je crois toujours qu’on me fait la tronche (je sais c’est con j’y peut rien)

 

C’est vrai aussi que nous attendons nos WE avec impatience.

Nous sommes heureux d’être enfin ensembles. Nous goûtons chaque minute de ces moments toujours trop courts et forcément précieux (ça c'est super cul cul).

C’est vrai que cette nouvelle vie nous a rapprochés tous les quatre. Nous ne faisons plus aussi facilement garder les enfants pour sortir car nous aimons être tous les quatre en famille (Caroline Ingalls sort de mon corps steup...).

Monsieur Noum n’a pas d’activité du WE (foot, vélo ou que sais-je qui serait trop chronophage) parce que il a envie d’être avec nous... et il le dit... 

 

Je connais des gens, Elle, fait partie de celles qui ne supporteraient pas de vivre loin de Lui .Ils se croisent en semaine car ils bossent et ils se voient à peine les WE parce que un des deux  (lui)se livre à ses passions  (sport et autres engagements) pendant que l’autre  devinez qui (il en faut bien une hein?) garde les gosses.

Je ne les envie pas.

 

Toutes les situations ont des avantages et des inconvénients.

Il n’y a pas qu’une seule manière d’être « un couple ».

Peut être qu’un jour monsieur Noum me trompera, peut être que ce sera moi.

Peut être qu’on vivra heureux et fidèles jusqu’à la fin de nos jours, ensembles.

Certains vivent malheureux fidèles et ensembles jusqu’à la fin.

  D'autres vivent heureux et infidèles aussi d'ailleurs ...

 

Qui peut prétendre savoir ce que sera demain ?

En quoi vivre ensemble est une garantie contre les aléas de la vie ?

Vit-on avec l’autre pour mieux se surveiller ?!!

 

Le pire c’est que, si demain quelque chose arrivait.

Tous ces braves gens, ces bonnes amies, (ben oui ce sont plutôt les files qui disent « moi je pourrais jamais ») si inquiets n’éprouveraient aucune compassion.

Ils se diraient que je l’ai bien cherché qu’ils nous avaient prévenus et que ça nous pendait au nez.

Oui parce que non seulement c’est  forcément l’homme qui trompe mais en plus, quand il le fait c’est parce que la femme n’a pas su le retenir. Haha haha.

 

Sans déconner...

 

Publié dans NOUMreal life

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Folzebuth 17/06/2010 13:24



"Non seulement toi et la Renarde êtes les seules à avoir lu ma bananation..."


 Non non, je l'ai lue aussi. Ah ah.


Sincèrement, ne te retourne pas l'esprit à te demander comment les gens vont interpréter ce que tu écris. Écris ce dont tu as envie, on fera le tri. 


Amicalement, 


 



Noum 17/06/2010 22:23



Arf tu l'as vu ?


 Je vais me couvrir la tête des cendres de mes ennemis.  


 En fait, je tente de lancer un nouveau concept sur la toile..."le billet furtif". ^^


Après coup j'ai estimé que je ne souhaitais pas le laisser en ligne, dont acte:-) donc j'écris ce que j'ai envie et j'enlève aussi ce que j'ai envie ...


ah oui ça se voit peut être pas dans mes billets qui sont très posés et réfléchis, mais en fait je suis un esprit torturé et sournois...



JR 17/06/2010 11:02



C'est difficile de faire passer ce qu'on pense par écrit. Surtout tard le soir :-)


 


J'ai pas trouvé que tu avais un problème avec la fidélité, si tu lis la première partie de mon commentaire, c'est plus dans le sens où on devrait pas faire attention à ce que les autres pensent
de nous. Des histoires de paille dans l'oeil du voisin.


La deuxième partie du commentaire visait effectivement juste la forme, tu emploies le mot fidélité tout plein de fois, et ça fait bizarre.



Noum 17/06/2010 11:21



Exactement ça , le coup de la paille!


Sinon comme je te disais avant, je m'y réfère parceque c'est e qui m'a été renvoyé le plus souvent. Et par ailleurs, je n'ai effectivement rien contre en soi  ça c'est parceque dans le fond je suis une grande romantique....si.



Beatrice7 17/06/2010 09:16



C'est Brassens effectivment.; Non les braves gens n'aiment pas que, l'on suive une autre route qu'eux.. et avoir 5 enfants c'est uen autre route lol!


Ma pauvre, si tu perds la main, que va t-on devenir??? Peut-être parce que moi en ce moment, je suis hypersensible alors?



Noum 17/06/2010 10:26



ben je sais pas...ou alors je suis une déprimé qui s'ignore :-) va savoir ...bah!



JR 17/06/2010 00:30



TU MENS !!!


 


Ah, non, je l'ai déjà fait celui-ci. Sérieux, c'est déjà bien compliqué de s'assumer tout seul, j'imagine que c'est pas plus simple quand on est deux, alors si en plus il fallait faire attention
à ce que pensent les autres.


C'est marrant en tout cas ce besoin de fidélité, enfin disons que je te voyais pas comme ça. (ou alors c'est juste parce que c'est pas les mots qui conviennent, c'est plus une histoire de
confiance que de fidélité, enfin à mon avis)



Noum 17/06/2010 08:24



C'est marrant parceque j'ai pas du écrire ce que je voulais, vu que apparement tout le monde lit que je suis déprimée ou en manque de fidélité quand en fait je m'interroge sur les
projections que mon mode de vie a pu provoquer autour de moi  (réflexion déclenchée par un coup de fil d'une des  "bonnes amie" en question ) et ce n'est pas "la confiance" qu'elles ont
interrogé mais la fidelité de l'homme lâché en pleine nature et leur incapacité à vivre seule.


Je me rends compte qu'en voulant réfléchir de fait sur la notion de fidélité dans le couple selon qu'on vive ensemble ou pas il ne faut pas se prendre soit même quand exemple sinon on pense
automatiquement que t'as un problème:-) ce serait intéressant à explorer ça aussi.


"C'est marrant en tout cas ce besoin de fidélité, enfin disons que je te voyais pas comme ça."


Merde j'ai brisé le mythe alors ?


....comme quoi l'écrit a ses limites.


 



fred 16/06/2010 22:57



faut v'nir prendre un café pour parler, pupuce, un coup de cafard ? viens te perdre dans notre campagne, y fais bon vivre et y a de vrai ami(e) ;-))) , et te fais pas prier ok !



Noum 16/06/2010 23:06



gnnnééé? Qué cafard? Mheu non ...simple réflexion autour de réflexions ....je sais pas si je suis claire là...sinon ai trouvé le mot de ta femme:-)Merci pour l'invit' je la note!


PS: s'il te plais ..pas pupuce...ça me fais penser à ...un chien ...