RRRhaaaaaaaa KHO-LANTHAAAAA!!!!

Publié le par Noum

Note: cet article date de mars 2007 et a déjà été publié sur un Blog ami
http://www.menageredemoinsde50ans.com/

J’adore Kho-Lantha, je suis fan des premières heures. Je trouves que c’est un excellent terrain d’observation de la nature humaine dans ce qu’elle a de plus beau et de plus laid à la fois. C’est génial. J’aime tous ces gens morts de faim prêts à tout pour gagner.

  Si toi qui me lis tu n’est pas de cette planète en deux mot (çà c’est une expression qui généralement en annonce plus que prévu). Kho-Lantha est une émission de télé-réalité. -La télé-réalité est un terme utilisé pour faire croire au peuple, qui est idiot et qui a le cerveau libre pour acheter du coca, que ce qu’il voit est vrai alors que pas du tout vu que l’émission n’est pas en direct et dieu merci passe par un montage. En effet sans cela nous devrions assister à la totalité des siestes des candidats, de leurs repas, de leur discussion sur leur famille qui leur manque mais dont nous braves téléspectateurs nous nous fichons royalement.

  Il s’agit généralement de balancer un certain nombre de personnes anonymes ou pas dans un contexte totalement inhabituel, plutôt artificiel et aussi désagréable et humiliant que le CSA (instance qui a pour charge de faire en sorte que le cerveau du téléspectateur ne soit pas trop encombré par les images de mort de sexe de violence afin qu’il reste libre pour les pages de pub) puisse le permettre.

  Donc Kho-Lantha consiste à envoyer des anonymes sur une île plus où moins déserte. Ils sont sensé se confronter à LA SURVIE.

Là on les divise en deux équipes concurrentes -les beaux contre les moches, les jeunes contre les vieux, les Moso contre les Tana, les Gipsy-king contre Iron Maiden- et on les laisse plus ou moins mourir de faim. Ils ont un sac de riz, pansements des capotes et les ressources de l’île. Ensuite on les épuise en leur faisant faire tout un tas d’épreuves très physiques et en les réveillant la nuit sachant que déjà ils ne dorment pas super bien.

Pour en être sûr on choisi de préférence une îles infestées de bestioles en tout genre avec des conditions climatiques déplorable. L’idée c’est qu’ils soient tous tellement à cran qu’à un moment donné avec un peu de chance ils se décident enfin à s’entretuer.

  A ce tableau déjà fort amusant ajoutons que ces gens sont amenés au cours du jeu à s’éliminer les uns les autres. Lorsqu’une épreuve est perdue par une équipe cette dernière doit s’auto amputer d’un de ses membres lors d’une cérémonie ronflante et solennelle appelée Conseil. L’intrigue est pompée directement sur Highlander « Il ne doit en rester qu’un ».

Bien évidement des alliances vont alors se mettre en place de manière à ce que ceux qui n’en font pas partie soient les premiers à s’en aller après généralement une chouette discussion avec mon ami le présentateur Grognard qui aime titiller les points faibles des candidats avec un très subtile jeu de « machin a dit a truc que t’avais dit que bidule etc. le but étant d’aboutir à un règlement de compte destiné à fragiliser les alliances et les bons jours à mettre une ambiance de merde dans le groupe.

  Enfin on instaure des règles qui permettent de faire rebondir l’intrigue, -ex : en cas de blessure grave d’un candidats suivie d’abandon, le dernier éliminé au conseil revient ce qui ne manque pas de mettre très à l’aise ceux qui l’ont éliminés. Ces règles peuvent être modifier par la prod quand bon lui semble afin de maintenir au maximum la pression sur les candidats.

Ha oui j’oubliais le dernier « survivant » c’est pas moi qui l’ai dit, gagne du fric.

  Ainsi ce jeu est le terreau idéal pour que mensonges trahisons et coup bas en tout genre puisse s’épanouir pleinement le tout filmé constamment par des caméras. Ensuite un savant découpage réalisé par la production va permettre au téléspectateur lambda (moi, toi, ma grand-mère, ta sœur bref…) de pouvoir apprécier en toute quiétude bien calée dans son salon à bouffer une grosse tablette de chocolat, toute dramaturgie, tout le suspens d’un jeu cruel ou les gens viennent pour je cites « se dépasser ». Pendant qu’on mate le programme en général on arrête pas s’imaginer à leur place mais évidement bien meilleurs qu’eux parce que nous, on est des vrais aventuriers dans notre salon…ouais !

  Quel paradoxe tout de même dans nos pays développés, que l’on puisse éprouver le besoin d’aller volontairement au bout du monde se soumettre à la privation et au dénuement que des milliard d’autres humains subissent chaque jours sans l’avoir souhaité. Tout çà pour gagné du fric après avoir démontré qu’on pouvait survivre sans rien ou presque pendant au moins 40 jours…génial. En même temps quand on sait que çà va s’arrêter c’est peut être plus facile ?

Et pourquoi j’adore regarder çà ? Parce que je le redis j’adore Kho-Lantha. Alors de là à en conclure sur le penchant naturellement sadique (moi) et masochiste (les candidats) de l’humain, il n’y qu’un pas, que je franchis allègrement, hop !

  Moi je dis que quand on regarde Kho-Lantha, on sait pourquoi le monde est comme il est Quand je ferai Kho-Lantha je serais géniale c’est sûr, pas si dur que çà la survie. Vous savez vous, à quoi çà ressemble une racine de manioc ?

  Remarque : Une fois quelqu’un m’a dit qu’il y’avait largement ce qu’il faut sur la planète bleue pour nourrir tout le monde. Du coup je me dis que grâce à Kho-Lantha on reste assuré de garder quelque part au milieu du pacifique une poignée de crèves la faim si jamais un jour on se décidait à partager. Mais bon on n’en est pas encore là heureusement.

Publié dans Sainte lucarne.

Commenter cet article